Les questions écrites

L’ensemble des questions écrites posées au gouvernement par votre sénatrice ou votre sénateur.

Lire la suite

Priorité des travaux pour la ligne B du RER

Par / 14 juin 2019

Question n° 07896
Publiée au Journal Officiel 29/11/2018

M. Fabien Gay attire l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur les travaux prévus pour la ligne B du réseau express régional (RER). SNCF Réseau a indiqué ne pas être en mesure de faire face à la multiplication des chantiers prévus sur les réseaux de transport en Île-de-France, faute de moyens. Le Premier ministre a confié au préfet de la région Île-de-France une mission visant notamment à définir des priorités et un calendrier de réalisation des travaux des transport en Île-de-France. Ainsi, dans la balance, se retrouvent d’un côté les investissements dans les transports publics du quotidien, et de l’autre les investissements, de 2,5 milliards d’euros, pour le Charles de Gaulle (CDG) Express. Dans la balance se trouvent donc le RER B qui transporte chaque jour près d’un million de voyageurs, et qui accuse problèmes et retards à répétition et, face à lui, les 17 000 voyageurs par jour du CDG Express, qui ne desservira ni la Seine-Saint-Denis, ni la Seine-et-Marne, et ne prendra donc pas en charge les déplacements des habitants. Les projets de travaux attendus par les usagers des transports du quotidien courent donc le risque d’être suspendus ou différés au profit du CDG Express. Il souhaite donc savoir si la réalisation du CDG Express sera privilégiée, au détriment de travaux comme la modernisation du RER B, le renouvellement du matériel roulant ou la mise en accessibilité de certaines gares. Il souhaite également connaître le calendrier et les priorités de réalisation des travaux d’infrastructures de transports en Île-de-France.

Réponse de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports
À publier le : 13/06/2019, page 3107

Le projet CDG Express est indispensable pour améliorer le lien entre le centre de Paris et son principal aéroport. En effet cette liaison, directe, rapide et fréquente, est vitale pour l’économie et l’attractivité de notre pays, et de sa capitale, première destination touristique d’Europe. Les accès par les autoroutes A1 et A3 et le RER B sont saturés et ne pourront suffire à la croissance du trafic de l’aéroport. Île-de-France Mobilités dans sa délibération de juin 2016 a d’ailleurs « affirmé son fort soutien au projet CDG Express ». Ainsi, si les préoccupations concernant les transports du quotidien sont légitimes, elles ne remettent pas en cause l’opportunité du projet. Le CDG Express ne se fera pas au détriment des transports du quotidien. L’amélioration des transports du quotidien en Île-de-France est effectivement une priorité pour le Gouvernement. Le contrat de plan État-région en Île-de-France prévoit ainsi un volet transport urbain, ce qui est unique en France. Ce volet représente 7,6 Md€ d’investissements prévus sur la période 2015-2020, dont 1,4 Md€ pour l’État et 1,6 Md€ pour la Société du Grand Paris. Il s’agit principalement des schémas directeurs des RER et des Transiliens, du prolongement d’Éole, du prolongement de la ligne 11, de nouveaux tramways, de nouveaux tram-trains, de bus à haut niveau de service (BHNS). De même, le projet du Grand Paris Express viendra compléter le réseau radial existant (RER, Transilien, métro) grâce à des interconnexions, offrant ainsi aux franciliens un moyen de transport supplémentaire principalement en rocade. À terme, 200 kilomètres de lignes seront construits, c’est-à-dire autant que toutes les lignes du réseau actuel du métro parisien, et représenteront 35 Md € d’investissement. Concernant le projet CDG Express, il est utile de rappeler que le projet prévoit plus de 500 M€ d’investissements sur les voies existantes dont 190 M€ au bénéfice du RER B. Les lignes K et le TER Paris-Laon en bénéficieront également. Au total, 30 % du montant des 1,8 milliard d’euros du coût des travaux impacteront favorablement le réseau existant. Concernant les travaux, il y a effectivement un nombre de chantiers très importants dans les années à venir sur le secteur ferroviaire nord. Il s’agira de moderniser les transports du quotidien à travers : le schéma directeur du matériel roulant des RER B et D, le schéma directeur d’accessibilité des gares, l’interconnexion du Grand Paris Express, le nouveau système de pilotage Nexteo, le renouvellement de voies et de caténaires et bien d’autres actions très concrètes. Le CDG Express n’en représente qu’une partie. Le préfet de région a ainsi été chargé d’une mission sur le calendrier de ces travaux, en évaluant en particulier l’impact de plusieurs variantes de calendrier du projet sur les transports du quotidien. Ses conclusions ont été remises au Premier ministre et ont été rendues publiques. Au vu de ces éléments, le Gouvernement pourra préciser très prochainement les modalités de réalisation du projet, au vu de l’objectif réaffirmé que la construction et l’exploitation de la liaison soient sans impact sur les conditions de transport des voyageurs du quotidien.

Les dernieres interventions

Les questions écrites Cette autorisation est incompréhensible et problématique à plus d’un titre

Autorisation de forage d’exploration au large des côtes guyanaises - Par / 10 mai 2019

Les questions écrites Des indispensables lieux de vie et de lien social

Risques de fermeture de plusieurs Bourses du travail - Par / 26 avril 2018

Administration